La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Du grand classique samedi soir au Prudential Center de Newark dans le New Jersey : un vétéran sur le retour contre un jeune loup affamé de gloire.

Dans le rôle du vieux lion, Zab SuperJudah (39-6, 27 KOs) : après une grosse année de pause, l’ancien champion du monde des super légers et des welters est de retour sur les rings et compte déjà une victoire probante contre le rugueux Jose Armando Santa Cruz.

Passé pro en 1996 après une brillante carrière amateur (110-5), Judah a gravi les échelons à une vitesse supersonique. Gaucher ultrarapide, il a pourtant échoué à se maintenir au plus haut niveau.

Trop dilettante dans sa préparation, il a été impliqué dans plusieurs polémiques sur et en dehors du ring, notamment un horrible coup dans les parties de Floyd Mayweather, à l’origine d’une bagarre générale entre les deux camps et d’une suspension d’un an pour le coupable.

Aujourd’hui c’est un homme nouveau, bien décidé à reconquérir la division des super légers et, enfin, donner la pleine mesure de son talent.

Vivre c’est grandir. J’ai mûri. J’ai tutoyé les sommets, je suis tombé plus bas que terre. Mais maintenant j’ai décidé de prendre un nouveau chemin. Je fais ce que je dois faire. Je fais tout ce qu’on me demandait de faire et que je ne faisais pas. Je suis sur le bon chemin.

Face à lui, dans le rôle du jeune loup, l’invaincu Lucas Matthysse (27-0, 25 KOs). Si l’Argentin n’est pas qu’une moitié de puncheur, il n’est sorti qu’épisodiquement de son pays natal et Zab Judah est, de loin, l’adversaire le plus redoutable qu’il n’ait jamais rencontré.

En 2006, son frère aîné, Walter, avait affronté Paul Williams dans une configuration similaire : invaincu mais jamais vraiment testé, il avait perdu pied, arrêté par l’arbitre au 10e. Depuis, il a perdu 4 de ses 5 derniers combats et est retombé dans un relatif anonymat.

Lucas, qui s’est entraîné aux côtés de Sergio Martinez, champion du monde des super moyens, à Oxnard, Californie, semble néanmoins bien plus carré que son frère, adepte des préparations barbecue…

Walter menait une vie dissolue lorsqu’il a affronté Paul Williams. Il était mal entouré, il ne s’entraînait pas sérieusement. Sa défaite m’a touché mais maintenant je sais que pour réussir il faut être bien entouré et parfaitement préparé pour le jour du combat.

J’ai du cœur, j’ai le même style que les meilleurs boxeurs mexicains. Je travaille au corps et je mets la pression sur mes adversaires.  Je vais me battre pour laver l’honneur de ma famille !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=jL0STcNEV1M]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=EwBn4_5cmR0]

nicolas@zeisler.fr

Judah vs. Mathysse : vieux lion vs. jeune loup

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>