La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

La Havane, juin 2009

Coach Alberto

Enfin, débarque « Coach » Alberto. Les enfants s’agitent, l’entraînement commence. Je demande au boss si une petite leçon personnalisée est envisageable.

Tope tout là, Alberto s’occupera de  moi après les petits. Mon cousin décline poliment l’invitation. On regagne notre banc.

Alberto, massif comme un roc, surveille attentivement ses élèves. A vue d’oeil, ils ont 10-11 ans.  Pas de retrait, esquives, jabs, crochets, uppercuts…les fondamentaux sont maîtrisés. C’est leur routine quotidienne qu’ils déroulent devant nous.

Point d’orgue de la séance : le ring. On ouvre grand nos yeux pendant que les gamins tournent : celui qui remporte le round reste sur le quadrilatère et affronte un nouvel adversaire. Alberto désigne vainqueurs et perdants.

Pour finir en beauté, les enfants-boxeurs sont envoyés se faire les jambes sur les marches défoncées des tribunes. Je penserai à eux en m’infligeant celles de Montmartre, de retour à Paris, quelques mois plus tard.

Le soleil se couche, je commence mon échauffement. Malgré ma tenue légère, je comprends vite la souffrance du gros (cf. Voyage à Cuba I). Shadow, corde, l’arène se vide.

Je monte sur le ring, Alberto enfile les pattes d’ours. Pif paf pouf, il est 8h du soir et ça claque encore. Le coach cubain est un virtuose qui me laisse deviner ce que pourrait être une boxe plus fine, déliée.

Au pied du ring, mon cousin défie Alberto Jr, 10 printemps au compteur, balle au pied et sauve l’honneur national : Raymond Domenech aura beau faire, ce n’est pas demain la veille que les Cubains nous doseront sur le pré !

La séance se termine. On décide de se retrouver le lendemain, chez le coach. La gardienne des lieux râle : elle ferme plus tard à cause de nous. Et puis les Cubains n’ont pas le droit d’entraîner les étrangers. Quelques dollars plus tard, la crise diplomatique est évitée.

Le gymnase d’Alberto

Le lendemain, dernier jour sur l’île. Mon cousin est reparti aux aurores et mon avion pour Mexico décolle en fin d’après-midi.

A 10h pétantes, bibi est au RDV, chaud comme une baraque à frites. Manque de bol, les médecins sont de la partie, pour ausculter tout le quartier, grippe A oblige. Je tais mon domicile mexicain et échappe de peu à la piqûre.

A 11h la voie est libre. Alberto me fait monter chez lui. A Cuba, il en faut peu pour faire un gymnase : nous poussons meubles et canapé dans les coins, il me tend une corde et l’entraînement commence.

Alberto Jr nie la défaite footballistique de la veille et tricote un jeux vidéo du siècle dernier sur la TV du salon pendant que je sue à grosses gouttes.

1h30 plus tard, je quitte les Alberto, rincé mais heureux. Le coach conclut :

« Dommage que tu restes pas plus longtemps ; si tu reviens, en deux semaines, je te change ta boxe ».

Chiche !

J’attrape un inquiétant bus soviétique, récupère mes affaires, taxi, aéroport…

Adieu Cuba, bonjour Mexico.

NZ

Voyage à Cuba II : Coach Alberto et le gymnase/salon

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>