La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Coups sur la tête et pète au casque

Par    le 1 septembre 2012

Système de notation fumeux, erreurs de calcul, décisions iniques et vols délibérés, c’est peu dire que les dernières olympiades ont été un cauchemar. Les amoureux du noble art ne sont pourtant pas au bout de leur peine : les dirigeants de l’AIBA (Association Internationale de Boxe Amateur) seraient sur le point d’annoncer la suppression du casque en compétition.

A confirmer mais ce retour 30 ans en arrière collerait particulièrement bien à la volonté de ces messieurs de professionnaliser la boxe amateur. Plus de KO, plus de spectacle, plus d’argent. Oui, mais la santé des boxeurs ?

Dans un livre-enquête paru en 2010, K-O, le dossier qui dérange, le neurologue Jean-François Chermann dresse un inquiétant tableau des risques encourus par les boxeurs, joueurs de rugby et autres amateurs de sports de contact.

« La boxe c’est pas du ping pong »

Les enfants et les adolescents sont plus susceptibles que les adultes de subir une commotion cérébrale en raison d’une musculature cervicale moins développée et de l’immaturité de leur cerveau.

La commotion cérébrale n’entraîne pas forcément de perte de connaissance. Après avoir subi un violent choc à la tête, un sportif peut continuer son activité, K-O debout, en répétant les gestes travaillés à l’entraînement.

Pendant ou après l’effort, nausées, maux de tête, troubles du sommeil ou irritabilité trahissent parfois la commotion. Un réflexe : boucler le sac de sport et consulter un médecin.

Dans le monde professionnel, il est pourtant fréquent que les commotionnés soient pressés de rechausser les crampons sous la pression de leur club, d’un contrat juteux ou par orgueil mal placé.

L’addition est parfois salée, notamment en cas de second impact. Fragilisé par un premier choc, les vaisseaux du cerveau sont susceptibles de se rompre plus facilement et de provoquer un oedème majeur avec à la clé des troubles de la mémoire et de l’attention, des réflexes aux abonnés absents etc.

Parkinson vs. Ali

Malgré un visage qui semble avoir été épargné par les coups, Mohamed Ali éprouve d’énormes difficultés à s’exprimer, à bouger et à se déplacer.

Au-delà des combats, c’est pendant les entraînements qu’Ali a payé son dû. En fin de séance, il baissait les mains et invitait son partenaire à lui porter des coups au visage. Comme pour se prouver qu’il était insensible aux coups et qu’il restait le plus grand, il gardait jusqu’au bout un sourire de vainqueur.

Bref, n’en déplaise à l’AIBA, sortez casqués.

NZ

Coups sur la tête et pète au casque

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
  1. J’adore la boxe, mais ne croyez-vous pas qu’on a envoyé ces immenses champions des années 60 et 70 en pâture tout en leur accordant une célébrité et une fortune éphémères. Et en exemple, on peut citer Monzon et Frazier morts dans le dénuement ou encore Ali qui se bat depuis des années contre la maladie.

  2. Moi je dis ok à la condition qu’on supprime les casques dans tous les sports : F1, moto-cross, bobsleigh…

  3. remi dit :

    Un grand merci aux World Series of Boxing pour avoir avoir la porte à cette ineptie…

  4. Anonyme dit :

    Il faut savoir que, majoritairement, le casque et, seulement, s’il est à la taille et conforme, ne protège en rien, le boxeur, si, éventuellement, contre les chocs de têtecousue protège les arcades. C’est la raison pour laquelle, ils l’ont imposés chez les amateurs, qui sont eux, censés faire parfois, deux combats dans la même journée. Maintenant, dire qu’avec un casque, vous êtes à 100% à l’abri d’un risque quelconque, n’est que pure ineptie . Avec, ou, sans casque, la répétition des coups, est la même, d’ailleurs, pour ceux qui n’ont jamais essayés, il suffit d’imaginer, que vous êtesça dans une caisse de résonance. Alors, il faut arrêter de penser, qu’avec un casque, il faille se passer des esquives et des blocages.