La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Ce soir, dans sa ville natale de New York, Paulie Malignaggi dispute le combat le plus important de sa carrière face à la jeune étoile britannique, Amir Khan, 22 victoires – 16 KOs -, 1 nul.

En cas de victoire, le « Magic Man » s’emparera de la ceinture WBA des super légers et obtiendra enfin la reconnaissance qu’il réclame à cor et à cri. La défaite, elle, sera sanctionné d’un relatif retour à l’anonymat.

Paulie est un boxeur étonnant : sur le ring ou en salle de presse, il fait toujours le show.

Parmi ses faits d’armes : en 2008, il affronte Lovemore N’dou à Manchester et arbore de ridicules extensions de cheveux bleues qui lui bouchent la vision. Fatigué de le voir sans cesse se recoiffer, son coin les lui coupe pendant la minute de repos. Il finit par empocher la victoire malgré son improbable nouvelle coupe.

Il y a quelques mois, Paulie a occupé le devant de la scène médiatique en accusant subitement King Manny de prendre des stéroïdes.

Lui, c’est sûr, n’en prend pas : en témoigne son punch de moucheron avec seulement 5 KOs sur ses 27 victoires. Il compense néanmoins par une boxe évasive faite de déplacements et d’esquives. Et, lorsqu’il accepte le combat frontal face à des hommes plus forts que lui, il est en général sévèrement puni. Les frappeurs Ricky Hatton et Miguel Angel Cotto furent ainsi ses premiers bourreaux. Sa 3e défaite face à Juan Diaz : un vol caractérisé à mettre à l’actif des juges texans qui offrirent le combat à l’enfant du pays. Quelques mois plus tard, le Magicien se faisait justice lui-même et humiliait son rival lors de la revanche.

Ce soir, cela risque d’être une autre paire de manches : Amir Khan est un boxeur redoutable. Coaché par Freddie Roach qui n’hésite pas à parler d’un « Manny Pacquiao en devenir« , il est doté d’une vitesse de bras stupéfiante. Sa seule faiblesse : un menton suspect, comme l’a prouvé le frappeur colombien Breidis Prescott, son unique vainqueur, par KO au 1er round. Malgré tout, il part favori pour remporter  son duel contre le boxeur de la Grosse Pomme, justement sélectionné pour son manque de punch.

Un match intéressant, donc, et une certitude : d’une manière ou d’une autre, Paulie fera le spectacle ce soir au Madison Square Garden.

NZ

Paulie Malignaggi, « clown of NY »

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>