La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Une des vertus de Fighter a été de remettre Richard « Dicky » Eklund – incarné par un ébouriffant Christian Bale – sur le devant de la scène.

Lire aussi Fighter : qui a vu Arturo Gatti ?

Opérant sur les rings professionnels entre 1975 et 1985, le demi-frère de Micky Ward affiche un honnête palmarès de 19 victoires, dont 4 par KO, pour 10 défaites.

Le 18 juillet 1978, à Boston, ce styliste d’assez bonne composition affronte le redoutable Sugar Ray Leonard. Médaillé d’or aux Jeux Olympiques de Montréal, ce dernier compte alors 12 victoires pour aucune défaite et personne ne mise une cacahuète sur Eklund.

Les 8 premiers rounds sont un véritable cauchemar pour le boxeur du Massachussets qui va deux fois au tapis. Mais au 9e, coup de théâtre, Leonard s’écroule. Une glissade pour l’arbitre mais le plus grand moment d’une carrière pour celui que l’on surnomme « la fierté de Lowell« .

Sugar Ray Leonard l’emporte aux points au bout des 10 rounds. « Dicky » crack : la descente durera 15 ans.

http://www.youtube.com/watch?v=qdDQGllsc7o

NZ

Dick Eklund vs. Sugar Ray : glissade ou KO ?

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
  1. josef dit :

    MAGNIFIQUE SUGAR RAY,LA BEATEE DU GESTE! L elegance ,la technique , la pussance face à son adversaire, c est pas son top ,mais il a contribué enormement à la qualité du combat,ça les gens ,le publique ne le voit pas ,mai bon …….Il etait merveilleux ,je le compare souvent à un Mohamet Ali dans sa categorie,merci pour ces belles emotions.