La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Et le courage dans tout ça ?

Par    le 12 décembre 2009

Dans Mort dans l’après-midi, ouvrage dans lequel Hemingway compile son savoir sur les courses de taureaux, il s’arrête un moment sur la notion de courage.

Si les qualités morales ont des odeurs, le courage a pour moi celle du cuir fumé, ou d’une route glacée, ou l’odeur de la mer quand le vent fauche la crête d’une vague.

Monter sur le ring et pénétrer dans l’arène sont deux activités qui se rejoignent car elles mettent en jeu l’intégrité physique de leurs protagonistes.

Voilà pourquoi le torero est généralement un homme brave, le degré le plus commun de bravoure étant d’ignorer momentanément les conséquences possibles de ce qu’on fait. L’instant d’une corrida, le matador ignore la possibilité de la mort.

Plus loin, une forme plus évoluée de bravoure serait de ne pas évoquer ses possibles conséquences. Autrement dit, le matador ne se contente pas d’ignorer la mort, il la méprise.

Sur Hemingway lire aussi Pourquoi les boxeurs ont du succès auprès des dames ? 

NZ

Et le courage dans tout ça ?

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
  1. renissed dit :

    en tant que kickeur amateur je serais plus tenté de dire que le courage c’est quand t’est tout seul a savoir que tu chies dans ton froc. J’ai entendu sa dans le film tigerland et sa ma toujours parus pertinent comme définition.

    1. cultureboxe dit :

      oui, ça me fait aussi penser à Cus d’Amato, l’entraîneur d’Ali et de Tyson, qui disait à ses boxeurs que le lâche comme le héros éprouvent exactement la même peur avant le combat. La seule différence: le héros monte sur le ring.