La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Le retour du boxeur

Par    le 19 décembre 2009

Mike Tyson, Julio Cesar Chavez, Jean-Marc Mormeck, Mayar Monshipour, Christophe Tiozzo…A croire que les boxeurs n’ont pas la retraite facile. Qui n’a pas vu son champion effectuer un retour catastrophique sur les rings ? Certains s’en tirent relativement bien. A l’expérience. Les autres, la majorité, mettent en péril leur santé comme leur trace dans l’histoire du noble art. Pourquoi ?

D’abord l’adrénaline. Celle de l’arrivée sur le ring sous les vivats de la foule. Celle des premiers coups échangés. Il y a bien l’alcool et la drogue mais en fin de compte c’est bien peu de choses face à l’émotion du combat.

Ensuite « l’impossible reconversion« . La boxe est une activité à plein temps. Tout au long de sa carrière le boxeur apprend des postures et des gestes qui n’ont de valeur qu’en actes, qu’en étant produits et reproduits à la salle lors de l’entraînement puis sur le ring lors du combat. Dans Corps et âme, le sociologue Loïc Wacquant parle de la « tragédie de l’impossible reconversion du boxeur en fin de carrière : le capital spécifique qu’il détient est entièrement incorporé et, une fois usé, dépourvu de valeur dans un autre champ« .

Enfin l’argent. L’argent, le nerf de la boxe. Il y a peu Erik Morales, jadis dit « El Terrible », a relancé sa belle carrière. Vieillissant et marqué par ses  séries de combats, tous d’une brutalité inouïe,  contre Pacquiao et Barrera, il explique l’incompréhensible retour avec fatalité: « c’est quand tu es sur le déclin que tu commences à toucher de gros cachets, t’as pas envie de t’arrêter de boxer quand tu peux gagner tant d’argent« . Et quand t’as déjà arrêté, ben tu reprends…

NZ

Le retour du boxeur

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
  1. Pauline BLANC dit :

    L’adrénaline, l’inutilité ailleurs et l’argent l’ont en effet poussé à faire son « come-back »… en vain ! Mais pourquoi par l’expérience des boxeurs cités et de leur retour catastrophique, n’arrive-t-il pas un moment où un boxeur a conscience qu’il risque de perdre son image dorée en n’ayant pas la finesse de savoir s’arrêter!?? La renommée dans ce domaine n’est-elle pas plus importante que les trois critères cités ?? Bel article !

    1. cultureboxe dit :

      Merci pour cette question…pour moi la réponse est double: vous avez beau monter sur le ring diminué, blessé ou hors de forme, il y a toujours un espoir, fut-il mince- de l’emporter. Les boxeurs qui font leur retour veulent tous – et croient tous – pouvoir regoûter aux joies de la victoire. Et puis, bien sûr, il y a ceux qui ont mal géré leurs finances et n’ont d’autre choix que de combattre pour assurer leur subsistance et celle des leurs. Il faut savoir qu’un champion du monde peut faire vivre une trentaine de personnes: entraîneurs, soigneurs, sparring partners, cuisiniers, amis, famille, etc…Cela représente beaucoup d’argent et les gens qui dépendent de vous vous poussent évidemment à continuer ou à revenir.