La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

leonard-duran

A la fin des 70′s, le monde de la boxe assiste au déclin du champion du siècle, Muhammad Ali, symboliquement exécuté par son ancien partenaire d’entraînement, Larry Holmes en 1980.

Les 80′s commencent et les 4 fantastiques (Leonard, Duran, Hagler et Hearns) s’apprêtent à enchanter la décennie avec une invraisemblable série de combats.

Une revanche bien préparée

Le 20 juin 1980, Roberto Duran remporte le titre de champion du monde des welters aux dépens de Sugar Ray Leonard, défait pour la première fois de sa carrière.

L’échec est cuisant pour Sugar Ray. Il sait qu’il a payé son entêtement à rester devant le Panaméen. Il reste pourtant persuadé qu’avec une bonne stratégie il peut battre Duran. Et le plus tôt sera le mieux.

Pendant ce temps-là, Duran fête sa victoire au bar et grossit à vue d’œil.

Opportunistes, les promoteurs de Sugar Ray, resté en parfaite condition, concluent la revanche en prévoyant un délai de préparation particulièrement court. Pour refaire le poids, Duran doit s’astreindre à de rudes sacrifices.

Nouvelle Orléans, 25 novembre 1980. Leonard vs. Duran II

Lorsque les deux boxeurs montent sur le ring, Duran compte faire à nouveau parler sa puissance.

Mais les choses ont bien changées depuis Montréal. Cette fois, Sugar Ray bouge, danse, contre et pique. Les bombes de Manos de piedra brassent de l’air. Sugar Ray maîtrise parfaitement l’espace du ring et se détache aux points. Duran s’agace de ne pouvoir échanger les parpaings avec son adversaire.

Au 7e. Leonard, les mains basses, offre son visage à Duran pour esquiver ses coups au dernier moment. Une, deux, trois, quatre, cinq fois Duran frappe dans le vide et reçoit un contre en plein visage. En confiance, Sugar Ray mouline d’un bras puis frappe Duran de l’autre. Le Panaméen encaisse, furieux.

A l’appel du 8e, Duran, certes en retard au pointage des juges, est surtout atteint psychologiquement. Au milieu du round, à la surprise générale, il lève un bras, se retourne vers son coin et renonce.

Sugar Ray Leonard peut lever les bras au ciel : il a retrouvé son titre de champion du monde des welters.

Leonard vs Duran I

Leonard vs Hearns

Hagler vs Hearns

NZ

Nouvelle Orleans, 25 novembre 1980. Leonard vs. Duran II

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
  1. Firer Thibault dit :

    Parait-il que pour cette revanche, Duran avait eu un mal de chien à faire le poids. Il avait donc pris des tonnes de coupe-faims pour maigrir et est arrivé très très affaibli sur le ring, avec le ventre en vrac notamment…

    1. Il aimait trop la bonne chère ce Duran ! Mais on paye toujours par là où on a pêché ;)