La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Souleymane M'Baye avant son combat contre l'Argentin Ivan Orlando Bustos. Palais des Sports de Paris. Le 14 mars 2005.

Souleymane M’Baye avant son combat contre l’Argentin Ivan Orlando Bustos. Palais des Sports de Paris. Le 14 mars 2005.

« Le Sénégaulois », c’est Souleymane M’Baye, 20 ans à écumer les rings du monde entier, 7 championnats du monde, 2 championnats d’Europe et autant de championnats de France. Un clin d’œil aux origines d’un homme qui se sent partout chez lui. Le genre à faire son entrée vêtu d’un boubou bleu-blanc-rouge.

Souleymane M’Baye a raccroché les gants l’année dernière après un énième come-back à quarante ans bien tapés. Depuis, on l’a retrouvé à l’affiche du film Sparring en compagnie de Mathieu Kassovitz. Avec sa boxe tout en finesse, il a été l’une des figures de la boxe tricolore de ce début de siècle. Budo Éditions lui consacre un bel ouvrage avec Laurent Gudin derrière l’objectif et Karim Ben-Ismaïl aux mots. Un hommage amplement mérité.

On y apprend qu’après son premier combat (victoire en un round), en novembre 1998 au Danemark, Marvin Hagler l’avait félicité d’un prémonitoire : « Un jour tu seras champion du monde ». Marvelous avait vu juste.

Souleymane-Mbaye

Souleymane M’Baye. Salle Auguste-Delaune, Levallois, avril 2004.

M’Baye était un magnifique boxeur mais il avait les mains et les poignets fragiles. Il compensait en boxant avec sa tête. Il a rapidement compris qu’il fallait frapper fort le jour J et que ça n’était pas la peine d’abimer son outil de travail sur le sac d’entraînement.

Souleymane-M'Baye

Souleymane M’Baye. Sheffield, Angleterre. Le 18 juin 2013.

Autre conseil de vieux crocodile : s’entraîner en musique car comme le disait son coach de toujours José Ngufulu : « la boxe c’est fait de temps et contretemps ».

Il faut donc danser, bouger. « Un boxeur immobile, c’est un boxeur mort », ajoute le champion.

Souleymane-M'Baye

Souleymane M’Baye face au Canadien Antonin Decarie, pour le titre WBA vacant des poids welters. Palais des Sport de Levallois. Le 28 mai 2010.

On apprécie aussi les photos de salles de boxe : Auguste-Delaune à Levallois ou le Ingle Boxing Gym à Sheffield, là où Prince Naseem Hamed a fait ses premières armes.

« Ces salles puent la sueur. Le tapis de ring est élimé, la peinture écaillée, le parquet patiné, les sacs de frappe bosselés sont parfois rapiécés. Par le sang versé, des centaines de boxeurs y ont laissé leur âme. »

Celle de Souleymane M’Baye est toujours là, intacte. A portée de bouquin.

Souleymane-M'Baye

Souleymane M’Baye. A la leçon avec Ian Grant. Sheffield, Angleterre. Le 19 juin 2013.

Souleymane-M'Baye

Souleymane M’Baye. Sheffield, Angleterre. Le 19 juin 2013.

Souleymane-M'Baye

Souleymanr M’Baye sur la tombe de Battling Siki. Saint-Louis, Sénégal, mars 2007.

Souleymane M’Baye « Le Sénégaulois », Budo Éditions

NZ

Souleymane M’Baye, « le Sénégaulois » : 127 pages de sang, de sueur et de tendresse

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>