La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

martinez et nous

Le 7 juin dernier, Miguel Cotto passait une belle peignée à Sergio Martinez, arrêté au 10e round après avoir encaissé une ribambelle de crochets du gauche. Une défaite qui lui est restée sur l’estomac. Le manager uruguayen Sampson Lewkowicz, proche du boxeur, confirme :

Il va très mal. Il dit qu’il ne dort pas la nuit. Il voit un psychologue, il ne sait pas quoi penser de cette défaite. Il dit que cette nuit là (contre Cotto), il n’était pas lui-même, qu’il ne sait pas ce qui lui est arrivé et que c’est pour ça qu’il voit un psy, pour comprendre cette défaite. Il dit qu’il ne peut pas vivre sans savoir s’il est vraiment fini ou s’il en a encore dans le ventre.

Sinistre.

Pour retrouver le moral, le beau Sergio est donc officiellement invité à pousser jusqu’aux Tuileries – on y souffre en plein air – ou Marx Dormoy – on y sue au dojo. Le coach nous met mal, certes, mais coups, pompes, coups de pompes et squats sont accueillis avec le sourire.

La preuve !

Rire et souffrir

Plaisir d’offrir, joie de recevoir

 

Une vie de bâton de chaise

Une vie de bâton de chaise

 

New Kids on the Block

New Kids on the Block

-> Aller plus loin : le site du coach. Lui écrire : contact@momentum8.fr

NZ

À la recherche de la forme perdue – ep. 4 : Sergio, don’t cry

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>