La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Arturo « Thunder » Gatti

Par    le 9 juillet 2015

Sometimes I watch my fights on tape and I can't believe it's me

gatti

Arturo Gatti (40-9, 31K-O) est né le 15 Avril 1972 à Montréal, au Québec.

A l’âge de 8 ans, il accompagne régulièrement son frère ainé Joe dans la salle de l’Olympique de Montréal. Petit à petit, le jeune Arturo se découvre un certain talent pour la boxe et participe avec l’équipe canadienne, en 1990, aux championnats du monde junior au Pérou. Il perd son premier duel et décide de quitter les rangs amateurs, n’ayant remporté que deux titres nationaux chez les juniors.

En 1991, il suit son frère Joe (déjà passé professionnel) à Jersey City, dans le New Jersey. Les deux frangins fréquentent la même salle d’entrainement et boxent parfois dans les mêmes soirées. Depuis leur débuts, Joe s’est révélé meilleur boxeur que son cadet, mais c’est bien Arturo qui tape dans l’oeil du promoteur Américain Lou Duva, big boss de la société « Main Events », qui lui sera fidèle tout au long de sa carrière.

Après 23 victoires et une défaite, il dispute sa première ceinture mondiale face à Tracy Harris Patterson, le champion IBF des super-plumes. Au terme des 12 rounds, Arturo devient champion du monde et attire l’attention de la chaine HBO, séduite par son style de guerrier.

Mars 1996, son challenger Wilson Rodriguez entame le combat sur les chapeaux de roue et envoie Arturo au tapis dès le deuxième round. Il se relève aussitôt et trouve les ressources nécessaires pour revenir dans le match. Les deux hommes se livrent une bataille dantesque, Gatti, l’oeil droit fermé par les nombreux coups de son rival, boxe à l’aveugle. Au 6ème round, le « Thunder » balance alors son fameux crochet du gauche et atteint son adversaire au menton. Etalé sur le ring du Madison Square Garden de New York, ce dernier sera incapable de répondre à l’appel de l’arbitre.

En 1997, Arturo est opposé à Gabriel Ruelas pour défendre une dernière fois sa ceinture IBF des super-plumes, avant de monter en poids légers. Au 4ème round, il goûte au tapis sur un uppercut de son adversaire, le « Phoenix » (son autre surnom) renait de ses cendres et parvient un nouvelle fois à renverser la tendance dans le round suivant, avec (encore) son crochet du gauche. Ruelas est KO ! Gatti devient la coqueluche de HBO et le chouchou des Américains, fascinés par le courage et le mental du boxeur de Montréal, raflant au passage les palmes du meilleur combat et du KO de l’année décernées par The Ring Magazine.

Ses trois combats suivants se solderont par des défaites, mais il se distinguera une nouvelle fois lors d’une lutte acharnée livrée devant Ivan Robinson, élu combat de l’année 1998 par The Ring Mag.

En 2001, Arturo subit une cuisante défaite face à l’un des meilleurs boxeurs de sa génération, le « Golden Boy » Oscar De La Hoya. Pour de nombreux observateurs le Canadien est sur le déclin.

Pourtant, le combat suivant marquera un tournant important dans la carrière de Gatti. Son rival, « Irish » Micky Ward, est de la même trempe, la « Sweet Science », très peu pour lui ; son style c’est plutôt d’avancer tête baissée, de balancer des « parpaings » à la face et d’utiliser son crochet du gauche dévastateur. Autant dire que l’affrontement est explosif. La bagarre fait rage, les coups pleuvent, en haut, en bas, de part et d’autre. A la neuvième reprise, Gatti nous refait la scène du « Phoenix » sur un coup au foie (le plus dur encaissé au cours de sa carrière selon lui). La guerre entre les deux boxeurs se conclut par une victoire de l’Irish. Le soir même, une revanche est négociée. Le duel est désigné combat de l’année 2002.

Six mois plus tard on prend les mêmes et on recommence, à Atlantic City. Gatti domine cette fois Ward en dix rounds. En 2003, suite et fin de la trilogie, Arturo l’emporte moins facilement, finissant le combat avec une main fracturée et en ayant fait un bref voyage au tapis. Le « Ring Magazine » y voit une nouvelle fois le meilleur combat de l’année .

Été 2005, le Canadien se fait corriger par la star montante (devenu No1 Pound-For-Pound), l’Américain Floyd Mayweather.

En 2007, après deux revers consécutifs, il annonce sa retraite. Il n’est plus capable de faire le poids et ses problèmes d’addiction à l’alcool et aux drogues ne lui permettent plus d’évoluer au plus haut niveau.

Le 11 Juillet 2009, en pleine lune de miel, sa femme, avec qui il entretient une relation tumultueuse, le retrouve gisant au beau milieu de la cuisine. Cette fois, le « Phoenix » ne se relèvera pas. La police brésilienne incarcère dans un premier temps l’épouse du champion, mais conclura finalement au suicide.

Arturo Gatti aura marqué le monde de la boxe avec ses affrontements épiques, son immense courage et sa capacité a encaisser bien plus de coups qu’aucun autre… Il sera intronisé à titre posthume au Panthéon de la boxe mondiale, le « Hall Of Fame », en 2013.

Hasta la Vista  » Thunder » !

Kévin Barbosa

 

La video ////

Tags ////

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>