La boxe est un sport janséniste — Roland Barthes

Culture Boxe

Sergio Maravilla Martinez (45-2-2, 24 KOs) et Paul The Punisher Williams (39-1, 27 KOs) se sont déjà rencontrés le 5 décembre 2009 à Atlantic City. Ils avaient alors offert l’un des plus beaux combats de l’année, l’américain s’imposant aux points après que les deux hommes sont allés au tapis lors de la première reprise.

Malgré la défaite, Sergio Martinez avait impressionné, signant une prestation de haut vol bien mal récompensée par les juges. Pas découragé, il dépossédait, quelques mois plus tard, Kelly Pavlik de ses ceintures WBC et WBO des poids moyens.

Pendant ce temps-là, Paul Williams battait Kermit Cintron de manière curieuse : après 4 rounds serrés, le portoricain se jettait littéralement hors du ring pour ne pas reprendre le combat.

Paul Williams et Sergio Martinez ont un point commun : leurs promoteurs éprouvent les pires difficultés pour leur trouver des adversaires. L’américain est trop grand et balance plus de 100 coups par round. L’argentin, relativement peu connu, présente un ratio risques/bénéfices cauchemardesque.

Voilà pourquoi les deux gauchers se retrouveront de nouveau le 20 novembre prochain à Atlantic City. En attendant, entre deux entraînements, ils annoncent la couleur.

Martinez sur Martinez :

Je peux peut-être devenir le nouveau visage de la boxe parce que je prends la boxe très au sérieux sur et en dehors du ring.

Martinez sur le combat :

Je sens que je vais mettre Paul KO pour ne pas laisser de place au doute. Je me sens plus fort et expérimenté qu’avant.

Williams sur Martinez :

C’est un combattant, je sais qu’il ne va pas attendre le dernier moment et tout annuler. Je sais qu’il va se battre. Ce sera un gros combat pour les fans comme pour nous. Il a des ceintures que je veux et mon boulot ce sera de les lui prendre. Je sais qu’il va tout donner comme je vais tout donner.

On attend ça avec impatience.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=qsA0hreQAWI]

nicolas@zeisler.fr

Martinez, Williams, ces hommes qui ne connaissaient pas la peur

Let's get ready to rumble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 
  1. argento dit :

    A que la MAravilla se come al grandote…